04/11/2017

Centre culturel-Frameries en Borinage.

 Dimanche 29 octobre 2017 à 16 H.

 

        EL PARVÈNU.

       Comédie ein in ake.

——————————

IMG_0001.JPG

Djuée el prumie comp à Frameries, ein l'ancien salon des Fanfares,

et 6 Avrè 1890, pau   CERQUE DES BOSQUÈTIAS.

 

Photo de 1958.

 IMG_0021.JPG

 

 

 EL PARVÈNU

 

Joué en 2017 au Centre Culturel," Espace Arthur ROBBE"

de Frameries,

par l'académie Bosquètia des patois de Frameries.

 

Scan ab2.jpg

 

 

 PERSONNACHES;

 

             Monsieur BALTHAZAR, parvènu,      M. Gérard MENGAL        IMG_0111.JPG

  

    IMG_0060.JPG CHARLOTTE, es feille,           Mlle Katerine ROMANOWICZ

 

 

 

          SÉRAPHIN, riche ceinsie,              José PICCILO IMG_0110.JPG

                  

               

 

 IMG_0033.JPG   COLAS, domestique de M. Balthazar,         Patrick ROBERT   

 

               

 

 

  In marchand d'lunettes,                      Denis HOYOIS  IMG_0112.JPG

 

 

IMG_0003.JPG

Sans surprise, salle comble une nouvelle fois.

En espérant  un jour un Centre Culturel digne de FRAMERIES !

 

IMG_0024.JPG

IMG_0023.JPG

 

Quand l'rideau est l'vé, on voit COLAS ein train d'despourrei les meupes.

IMG_0027.JPG

IMG_0028.JPG

COLAS:   BALTAZAR a hérité de s'n onqu' deux ceint mill' francs liquide...

I'a d'quoi dév'nie sot, si s'tiess' n'eit ni solîte !

 

(On einteind l'sounette.)

       COLAS:   El sounett' fait dinn', dinn', dinne

Tout au long dou djoû;

Quand c'est ni pou ses bottines

c'est pou cauffei l'foû.

Mais mè, d'continue m'n ouvrâche

Ainsè tout bell'meint.

Il a biau fei dou tapâche

Et sounei l'docsin. 

 IMG_0030.JPG

 Monsieur BALTAZAR ( arrivant avu l'sounette ein man).

BALTAZAR:   Est-c pou m'fei enradgie que vous faisiez l'mâquâ

COLAS: (fisant l'saisè):

Avéz souné, monsieur ?

 IMG_0034.JPG

         BALTAZAR:       Comment, si j'ai souné?  I faut qu'vos euss' mangé

                                  Un'tiesse d'aulx comm'mon pong, pou êt'si dur d'oreille

                                  ou vous l'fait' esprès........

         COLAS:  Si vos sounîz pus fort, au moins dju ll'einteindroues;

         BALTAZAR:  Quand j'ai lâchi l'sounett', j'veux wagie qu'ell' brûloue.......

 

 IMG_0042.JPGIMG_0038.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BALTAZAR:  Mais m'comprânnez-vous bien quand j'vous pale en français ?

            COLAS:  Pou dire ell' vérité, au l'pus souveint dj'advine,

Vos dit's des si bias mots.

BALTAZAR:  Ça viendra p'tit za p'tit, en m'ascoutant parler.

COLAS:  pour mè dju n'vos cache ni que d'sûs à m'demander

A ïu qu'vos dallez quei tous vos mots d'dictionnaire ?

BALTAZAR:  ca, mon fieu, c'est d'naissance et j'tiens ça d'ma mamère.........

 

IMG_0043.JPG

BALTAZAR:   SERAPHIN est i v'nu?

COLAS:  RAPHIN ?

BALTAZAR (en colère) :  RAPHIN ! RAPHIN !...sacré mal embouchu !

Est- c' que j'dis RAPHIN moi ?

COLAS:  Dju  dès comme au villâche........

 

 

IMG_0039.JPGIMG_0040.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

In marchand d'lunettes;

I n'vos ni des bonn's lunettes?

 IMG_0051.JPG

 

L'Marchand :  On n'les seint ni su n'ez.

Eh bè, commeint viyei ? 

 

IMG_0045.JPG

 

  BALTAZAR:  Un pau su l'brouillie.

 

L'Marchant:  Oui, mais, il's sont fait's pour vir dè près; pariroûs bie Qué vous lirez avu, comme in instituteur.

  

IMG_0046.JPGIMG_0044.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Marchand:  Dju vos ein vôns dounei in' pair' qui ira bie; (i liein donne ine aute paire)

Tenez, mettez ceux-cil's.

 

IMG_0048.JPG

 

BALTAZAR:  Comm' si j'foutais ma tiesse au mure.

 

 IMG_0050.JPG

L'MARCHAND:  Asprouvons des pus fort's, liméro vingt-et-iun.

BALTAZAR:  Eh bé, marchand, vos verr's sont trop communs.

 

IMG_0049.JPG

L'MARCHAND:  Mais savéz lir'seul'meint ?

BALTAZAR:  Bien seur que non, hé biète,

Si j'saurais su lire, est-c' que j'aurais b'soin d'tes lunettes ?

 

IMG_0047.JPG

L'MARCHAND:  A r'voir, tas d'parvenus ! ...Quand dj'arai des bèziques.

Pou fei lir' les baudets, dju t'einvoûrai l'boutique.

 

IMG_0053.JPG

BALTAZAR:  Où c'que vous avez stè, si tem' tout au matin ?

CHARLOTTE: Dj'ai sté vir après vous.

BALTAZAR:  Vous m'percez l'cuer Charlott'...Fisez comme vot' monpère,

Parlez la bell' langâch'.

CHARLOTTE:  dju pall' commem mamère

              M'a appris à parlei.

BALTAZAR: L'temps passé c'était z'hier

Et quand on a l's écus, on cange un peu son air

Et on prend un aut'ton.

 

IMG_0054.JPG

BALTAZAR:  Parlons d'vot' mariâch'.

                                                Counisséz la personne que j'ai t'en vue ?

CHARLOTTE:  D'nè l'vux ni connoîte. 

BALTAZAR:   Monsieur SERAPHIN est un fort bon garçon et i m'demand' vot' main.

CHARLOTTE:  SERAPHIN, c'est l'pus bièt dou villâche

Et c'est l'dérân qui m'froût m' dècidei au mariâche.

 BALTAZAR:   Il a n'saquè la d'sous.

CHARLOTTE: I n'anérie là d'sous,

D'aut' que l'ferme inteintion dè d'morei avu vous.

Souv'nez-vous qu'ein morant,em paufe et dign' mamère

Vos a fait promett' què vos n'mè forc'riz djamais

A m'mariei conte em goût.

 

IMG_0056.JPG

COLAS: I pall' co d'mon RAPHIN.

BALTAZAR: C'est bon, fich' moi tranquille

Et je t'prie un aut'fois, quand j' cause avu file

De n'plus nous dérangie.

 

IMG_0093.JPG

 

           COLAS:  SERAPHIN m'a co dèt 't't-ein-l'heur,ein buvant in verquin,

                                                   Qu'il eit pus rich' que vous.

 IMG_0057.JPG

      

                 BALTAZAR:  Pus rich' què mè ! ?...tonnerre !!

                                        Dju  ll'acat'roûs dix comps, lè et ses bounies d'terre.

                 COLAS:  C'est c'qué d'li-ai respondu.

 COLAS: Oué, mais c'esst in gaillard

Qui tue l'pouill' sans fé criei, qui peins' parc' qu'il est riche

Que tout' li est permès.

BALTAZAR: Comment pus rich' que moi ?! moi qu'à deux ceint mille

Qui n'doitt' rien à noulue.

IMG_0058.JPG

 

BALTAZAR:  Si on d'mande après moi, dit's que j'suis-t-à m'château.

Ju r'viendrai pour diner. 

 Si RAPHIN vient raussi, tu f'ras sen'blant d'nérie et tu m'diras recta, çou qui saura passé.

Entre lui et CHARLOTTE.

COLAS: Tout vous sâra conté sans oubliie in mot.

 

IMG_0059.JPG

 

 

COLAS:   Et c'comp-cè, les actions SERAPHIN sont en baisse.

CHARLOTTE:  grâce à vos indveintions.

COLAS: ( d'in air câlou).

Et m'récompeins' CHARLOTTE, s'f'ra-t-ell' longmeint atteinte ?

 IMG_0060.JPGIMG_0063.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 CHARLOTTE: (décidée).    Volez n'bonn' baise ?

COLAS:  (frottant s'bouche).    Ieun', deux, trois, quatte.

 

IMG_0062.JPG

 

SERAPHIN: Bonjour, mamzell' CHARLOTTE...à iu' st-è vo monpère?

IMG_0110.JPG

CHARLOTTE:  I vit d'partie tout droût à l'maison dou notaire

Portei ses piècs chonq francs.

SERAPHIN:  Nous, nos plaçons nos iards, ein bell's bonnes terres.

 

IMG_0064.JPGIMG_0068.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SERAPHIN:  A propos d'ça mamzell', probâp' que vo père vo monpère, vos a dèt m'n inteintion.

CHARLOTTE:  I m'a parlé d'laffaire, mais dju n'peins' ni qu'ça s'fra.

IMG_0065.JPG

  SERAPHIN:  Bé eintre nous, l'mariâch' c't ine affair' comme ine aute.

Pourtant , pou vous mariei, vos monpèr' doût compreinte

qu'i faudra qu'il crachisse.

D'perdroûs m'per'face à face, 

Et d'li diroûs tout net: part à nous deux l'magot.

 

 

IMG_0073.JPG

 

BALTAZAR: (furueux) Et moi j'vous respondrais avu l'point' dè m'chabot. 

IMG_0070.JPG

 SERAPHIN:  Vos ascoutiz à l'hûch' çou qu'djai dètt à CHARLOTTE.

       BALTAZAR:  Quand on n'veut pas qu'on seuse, on n'fait pas sa parlotte, en criant comme au  bos.

 

IMG_0071.JPG

BALTAZAR: Ju vous dis qu'vous ête' un propre à rie, pou v'ni conseilli m'fill' d's'erbeller comme un tchie.

Et metnant, sortez d'm maison.

Sortez hiors de m'maison, mi ju n'vous counois pus.

Commeint ! pus rich' qué mè !

 

IMG_0074.JPG

I r'pass'ra pa m'gardin !

 

IMG_0075.JPG

BALTAZAR: Allez dire à COLAS qui viense em parler vite...

IMG_0076.JPG

COLAS: (ein reintrant). El gaillard est partè ?

BALTAZAR: Parti sans d'mander s'ress'. Ju l'aurais despéchie !

Ca li apperdra à dir' dans son cras cabaret, qu'il est pus rich' que moi !..

Allez cercher ma pipe,

Que  j'fumisse in bouchie. de mon toubac d'Obourg

 

 

 IMG_0077.JPG

IMG_0080.JPG

 

 

IMG_0081.JPG

COLAS: Vo toubac est meilleu que l'toubac SERAPHIN.

   

IMG_0089.JPG

BALTAZAR: Et j'li prouv'rai sans r'tard que CHARLOTT' n'atteind pas

Après li pou s'marier.

COLAS: Elle n'âra qu'leimbarras dou choix, dj'ein sus bi seur...

Elle est si bonn', si belle?

Tout l'carractèr' de spèr'

 BALTAZAR:  C'què par hasard, tu saurais amoureux ? pou marier CHARLOTTE

 il faut des monacos et d'l'or tout plein z'un' hotte.

COLAS:  Nos nos avinn' promès, il a djà bi longmeint.

Dè nos marei à deux, el djou qu'vos s'riz conteint. 

 

IMG_0087.JPG

BALTAZAR: Qu'est-c' que tou m'racontes- là...

Tou vas fei tes paquets!...commeint, hé ! jour dè Dieu !

Allons hop ! et tout d'suite et sans fei tes adieux...

on vos l'chauffra garçon, des feill's de millonnaire !

COLAS: Quand dju ll'ai vu voltis, ell' n'eit foc cousturière.

BALTAZAR: Tout ça c'est bon à dire, el temps passé c'eit hier.

Voyons, pour en finie.

COLAS: Et bi ! pou ein finie, nos n'vos d'mandons nérie:

Nos vivrons avu vous et mè d'continûrai

A vos lir' vos gazette.

CHARLOTTE: Eiet mè, dju parl'rai co mûx qu'in' parisienne.

 

  
IMG_0092.JPG

BALTAZAR: Je vous dit qu'ju n'vux nie !

CHARLOTTE: Papa, je vous en prie, il a tant d'qualités.

Et si COLAS vous quitte ?

BALTAZAR: Nous en prân' rons un aute.

COLAS:  Et pou vos hémorruites

Qui c'qui m'ttra les sangsur's ?

Puis, pou vos maux de dents ?

BALTAZAR: J'f'rai mette un atelier.

 

IMG_0091.JPG

BALTAZAR:  Allons, djuons cart's sur tâpe; si  j'accorde el mariâch' c'est pour fair' vot' bonheur.

CHARLOTTE:  Papa, j'aim' NICOLAS, et le coup s'rait bien rude

Si vous ne vouliez pas donner vot' consent'ment,

Bien sûr que j'en mourrais.

BALTAZAR:  Et bien...ma chère enfant,Soyez-t-heureus', 

 Metnant, parlons d'aut'chose: combien c'que vous d'mandez en port de mariâch'?

 

IMG_0093.JPG

CHARLOTTE:  Moi ? Oh ! pèr', c' que vous voudrez.

COLAS:  Moi, ju n'demand' nérien, ju n'demand' foc CHARLOTTE.

BALTAZAR:  COLAS tu m'fais plaisi et j'vous accrd'ma file, mais on m'ettra su l'affich'

que j'lui donn' ses cent mille.

COLAS: On m'ttra çou qu'vos vourez.

 

 

IMG_0094.JPG

BALTAZAR: J'vous donne à tous les deux, ma saint' bénédiction !

 

IMG_0096.JPG

BALTAZAR: on a bien raison d'dir' que c'que femm' veut, Dieu l'veut.

 

IMG_0097.JPG

FIN DOU " PARVENU  ".

IMG_0107.JPG

 

IMG_0105.JPG

 

IMG_0106.JPG

  

IMG_0100.JPG

 

IMG_0099.JPG

 

IMG_0101.JPG

  

IMG_0102.JPG

IMG_0108.JPG

Un grand  bravo à la troupe de l'académie Bosquétia des patois de FRAMERIES.

Un conseil, surtout à ne pas rater la prochaine représentation, cela vaut le déplacement, un moment agréable qui vous permettra de revivre un peu le passé =  Notre patois.

Fou rire garanti.

 

17:12 Écrit par Papyoscar dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.